Comité Départemental de Spéléologie du Jura

Fédération Française de Spéléologie

[retour]

[accueil]

 

 La Borne aux Cassots

plus longue cavité du département du Jura

 


(Vous pouvez cliquer sur les photos pour obtenir un agrandissement)

Les reculées de Baume les Messieurs près de Lons le Saunier constituent une des sites touristiques majeurs du Jura, du fait notamment de la grotte du même nom. Bien peu de visiteurs toutefois connaissent l'existence à quelques kilomètres de là d'un autre réseau souterrain, d'une toute autre ampleur, que les travaux des spéléologues on permis d'ajouter au patrimoine du département.




Fleur de gypse dans la Borne aux Cassots



 
"Borne aux Cassots : le porche d'entrée"

La Borne aux Cassots (en patois local, "borne"=  grotte, et "cassots" = noix) s'ouvre sur la commune de Nevy sur Seille, en rive droite de la rivière au débouché de la reculée.

Le porche d'entrée très ébouleux fut le siège d'importants travaux de désobstruction dans les années 60 par le Groupe Spéléologique Jurassien, et plus récemment de sécurisation. L'accès à la cavité est aujourd'hui géré par le Comité Départemental de Spéléologie, par convention avec la municipalité.

Le réseau souterrain développe actuellement plus de 18 kilomètres de galeries souterraines explorées et topographiées. Il demeure certain que beaucoup reste encore à découvrir.

Schématiquement, le réseau se développe sur environ 2,5 km du sud vers le nord. Après une zone d'entrée chaotique et de faibles dimensions sur quelques centaines de mètres, on débouche dans le lit d'une puissante rivière souterraine : le "Collecteur", parcours très aquatique que l'on peut éviter en empruntant la galerie des Grands Eboulis, vaste tunnel parfaitement sec.




"Les grands éboulis", plus vaste vide souterrain naturel connu dans le Jura




A l'extrême amont du Réseau Alain, secteur particulièrement décoré

Après avoir retrouvé la rivière au niveau d'une jolie cascade, le réseau se sépare en deux parties distinctes :

  • le "Réseau Pourri" vers le nord-ouest, dans lequel la circulation d'eau est réduite, et qui s'arrête sur des cheminées verticales au "Bout du Monde", qui n'ont à ce jour pas toutes été remontées ; mais les difficultés d'accès à cette zone ralentissent notablement le rythme des explorations.
  • le Réseau Alain, qui constitue l'arrivée d'eau principale ; il bute à son extrémité sur une trémie (effondrement généralisé de la galerie) actuellement non franchie, d'où partent de nombreuses ramifications. On sait par traçage que l'eau provient d'au moins 6 kilomètres plus au nord...




Cascade de six mètres (la rivière est à l'étiage)

La Borne aux Cassots a la réputation d'être une grotte "facile" dans la région. Il est vrai qu'elle présente peu d'obstacles techniques : pas de verticales à franchir, peu d'escalades, peu de passages étroits. Il convient cependant de relativiser cela en formulant au moins deux avertissements :

  • D'abord, la réelle rapidité de progression fait que le visiteur se retrouve rapidement loin sous terre, et un incident mineur comme une simple entorse ou une réserve d'éclairage mal évaluée peut se révéler lourd de conséquences.
  • Ensuite parce que la zone d'entrée est susceptible de s'ennoyer très rapidement en cas de fortes précipitations ou de fonte de neige sur le plateau, empêchant toute sortie d'une éventuelle équipe à l'intérieur ! [voir sauvetage du 3 décembre 2005]

 

On gardera donc toujours à l'esprit que la visite de ce réseau est bien de la spéléologie, et que toutes les recommandations de prudence et de préparation doivent y être appliquées sans approximation.

Les visites sont soumises à autorisation préalable.

[ Télécharger le document :    .doc    .pdf ]

Le Comité Départemental de Spéléologie du Jura a édité en 1999 une plaquette recensant les 20 plus belles explorations spéléologiques du département. 4 pages y sont consacrées à une description détaillée de la Borne aux Cassots, avec deux topographies.

Rémy Limagne




[retour]

[accueil]