Comité Départemental de Spéléologie du Jura

Fédération Française de Spéléologie

[retour]

[accueil]

 23 juin 2007 : beaucoup de bruit au ruisseau des Gorges

 

Le samedi 23 juin se déroulait un très gros chantier de nettoyage dans le ruisseau des Gorges. Ce canyon long de 1750 m pour 280 m de dénivellation (une vingtaine de cascades), prend sa source dans la forêt de Rogna et se jette discrètement dans la Bienne à Vaux-les-St-Claude. Depuis le terrible hiver 90/91 des centaines d’arbres parfois énormes encombraient le fond de ce ravin aux pentes instables et très boisées. C’est un canyon long mais facile, à l’ambiance luxuriante presque tropicale. Peu puissant il est pratiqué surtout en période humide afin d’avoir un débit intéressant. Ces arbres, outre le fait qu’ils gênaient la progression,  présentaient un danger certain quand ils étaient perchés et en équilibre précaire. Une campagne de nettoyage avait déjà été réalisée (une centaine d’heure), mais le plus difficile attendait toujours.

L’occasion c’est présentée avec l’appel de Marc Boureau (appuyé par Jorge Daloura) qui préparait un rassemblement canyon de deux jours à St-Claude avec le COSIF (COmité Spéléo d'Ile de France). Cinq séances préparatoires ont été nécessaires avant le jour J (balisage/élagage des accès et échappatoires, mise à terre au tire-fort des arbres en équilibre, rééquipement,  etc…).

Le 23 juin, une trentaine de volontaires dont 3 Jurassiens (A. Pernet, M. Carvalho et D. Guyétand) se répartissaient en 4 équipes pour 3 secteurs prédéfinis, la 4ème réalisant la descente pour la couverture photo et vidéo.

A l’issue de cette journée (150 heures de travail cumulé) qui se déroula sans aucun incident, un travail titanesque put être réalisé et des tonnes de bois débitées et charriées. Le canyon devient de ce fait méconnaissable et sécurisé, offrant enfin un parcours de toute beauté, jusque là trop délaissé. En soirée, apéro convivial puis repas au restaurant du camping, suivi par des projections vidéo sur les canyons du monde. Et le lendemain, détente et descente du canyon de Pissevieille et de la Teinte.

Encore une fois, je tiens à remercier vivement l’ensemble des participants à cette tâche ingrate, qui n’on pas ménagé leur peine et leur sueur.

Dominique Guyétand  

[retour]

[accueil]